April 27, 2021

Gloire aux timides et aux introverti.e.s

"T'as de la chance toi, t'es extraverti. Donc c'est plus simple pour toi d'aller vers les autres, de prendre la parole. Et puis tu as un bon relationnel. Et même tes cheveux sont plus soyeux."

Oui je suis quelqu'un qui a des traits d'extraverti, oui j'ai certaines facilités à parler à des inconnus. Oui j'aime bien prendre la parole. Mais seulement quand j'ai des choses à dire.

Mon métier consiste à former, donc à prendre la parole. Je connais parfaitement mon sujet, je prépare mes interventions, et je sais ce que j'ai envie de partager.

En revanche, hors contexte professionnel, il m'arrive le plus souvent d'observer, d'écouter, de me taire. Et plus il y a de personnes avec des tendances extraverties, plus je serai discret. À la place, je prends soin de mes cheveux, tout s'explique.

Pourquoi suis-je moins extraverti hors contexte pro ?
Parce que je ne rentre pas dans une case "extraverti".
Je suis un être humain plus complexe que ça. 

Personne n'est "extraverti" ou "introverti".

Carl Gustav Jung, médecin psychiatre suisse, est le premier à avoir utilisé ses termes dans son ouvrage "Types Psychologiques" (1921) pour distinguer les deux types d’attitudes observables chez les individus selon leur tendance à s’intéresser aux objets externes (les autres, le monde) ou à leur propre univers intérieur.

Il précise dans son ouvrage : "Il n'est pas la vocation d'une typologie psychologique de classer les êtres humains dans des catégories - ceci serait assez futile. Son objet est plutôt celui de fournir une psychologie critique qui rend possible une investigation méthodique ainsi que la présentation du matériau empirique".

En d'autres termes : le degré d'extraversion est une échelle et non une catégorie distincte de l'introversion, et inversement. Donc on circule sur cette échelle en fonction de tout un tas de facteurs.

Tout le monde aime passer du temps entre amis / famille à chanter du Céline Dion (ce n'est pas réservé qu'aux "extravertis").

Tout le monde aime se ressourcer avec un bon livre, seul.e sur le sable les yeux dans l'eau (ce n'est pas réservé qu'aux "introvertis").

Néanmoins, par simplicité de lecture, j'écrirais seulement "introverti" ou "extraverti" mais vous avez compris que l'humain est plus complexe que ça hein !

Finalement, pour mieux comprendre ces 2 attitudes, imaginez qu'un individu "extraverti" commence sa journée avec 0 barre de vie (comme dans les jeux vidéos), et que "l'introverti" la commence avec 5 barres de vie.

Le premier va gagner de l'énergie à chaque interaction sociale, tandis que le second en perdra.

Donc la prise de parole en public va coûter plus d'énergie chez les "introvertis" et les timides contrairement à ceux qui le sont moins ou plus "extravertis". Ce qui ne veut pas dire que ces derniers ne ressentent aucun stress. Et ce qui ne veut pas dire non plus qu'ils seront meilleurs à l'oral. Que nenni.


Cette phrase entendue 1000 fois : "Je suis timide et introverti.e donc je ne sais pas prendre la parole en public", est donc fausse.

Ce n’est pas parce que l’on rechigne à faire quelque chose que l’on ne peut pas s’y distinguer. 

Alors voici au moins 4 forces incroyables que vous avez cher.ère.e "introverti.e.s".
Quatre forces qui vous ouvrent la route sur le chemin de l'éloquence.

1- Votre "stabilité émotionnelle". À la différence des "extravertis" qui cherchent constamment la validation d'autrui pour exister, quitte à diffuser leur anxiété sans filtre, vous êtes moins perméables aux émotions négatives. Vous arrivez à mieux supporter les périodes de stress ou de doute. Ou tout du moins, ça se voit moins chez vous.


2- Votre capacité à être "consciencieux.se". La conception d'une excellente présentation orale demande beaucoup de travail. Winston Chruchill disait "Donnez-moi 3h et je vous fais un discours de 3min. Donnez-moi 3min et je vous fais un discours de 3h". Et il a raison, faire court, mémorable et impactant, ça prend du temps. Cela demande de la minutie et du sérieux. Au contraire, l’impulsivité, même si elle favorise un certain talent pour l’improvisation, peut être source de nombreux dangers et de nombreuses longueurs lorsque l’on s’adresse à un public.


3- Vous êtes "agréables" et "conciliants". Vous vous souciez du bien-être de votre public et vous cherchez à en prendre soin. Ce qui va favoriser l’empathie, marquer favorablement les esprits et vous aider à fédérer autour de vos idées.

4- Vous êtes "ouverts d’esprit". Votre capacité à observer, à écouter, à vous intéresser aux autres va favoriser votre créativité et votre imagination. Ce qui vous permet de créer des présentations à la fois plus personnelles et originales qui laisseront une trace émotionnelle forte.

Finalement, vous avez des forces incroyables de préparation, de réflexion et de minutie. Contrairement à votre collègue "extraverti" qui ne se préparera sûrement qu’à la dernière minute, vous aurez parfaitement verrouillé tous les aspects de votre présentation. Et ça c'est such a great news!

On considère que 90% des situations stressantes que nous vivons sont davantage liées à la perception que nous avons de notre environnement plutôt qu’au réel danger qu’il représente. Ça fait quand même pas mal de moments où on peut gagner en sérénité et en calme.

Alors pour vous aider à garder au moins 1 barre de vie pleine pendant votre prestation orale, voici quelques astuces pour gérer votre trac :

- Plusieurs jours avant : vous allez vous imposer une date de répétition pour vous forcer à préparer votre intervention. Vous ne vous sentirez pas prêts, c’est justement tout l’intérêt. Si rien ne va, c’est normal. Les répétitions sont là pour faire toutes les erreurs à gommer avant le jour J. Donc mieux vaut faire les erreurs à ce moment-là. Attention, répéter dans sa tête ne sert à rien. Cela ne fonctionne que si vous vous mettez au maximum dans de réelles conditions. 

- Plusieurs minutes avant : saturez votre cerveau d'informations. Fermez vos yeux et portez votre attention sur tous les bruits environnants. Restez concentré.e sur tous ces bruits. Une fois que cela fait, ajoutez le sens du toucher puis le sens de la vue avec le principe de globalité. Le cerveau est limité dans le nombre d’informations qu’il peut traiter en même temps. Cette saturation favorise l’activation de l’aire préfrontale, synonyme de sérénité. En d'autres termes, vous faites diversion juste avant de monter sur scène : "Oh le cerveau regarde un éléphant rose là-bas !"

- Plus qu'une seconde avant : respirez. Il vous reste à surmonter ce pic d’adrénaline qui va vous envahir quand vous allez commencer. À chaque fois que votre cœur s’emballe, compensez par une profonde inspiration. Respirer profondément est le seul moyen pour vite reprendre le dessus. Avant de commencer à parler, regardez la salle et si vous n'avez pas encore souri, il n’est pas trop tard :)

En tant que personne "introvertie", cela vous coûte beaucoup de prendre la parole en public, et donc cela génère plus de stress. Mais le stress n’est pas une fatalité, c'est un signal d’alarme (petite vidéo explicative pour comprendre ce qu'il se passe vraiment dans notre cerveau). Quand on apprend à bien le gérer, il n’est plus un ennemi, il devient un moteur pour mieux nous comprendre et mieux nous préparer.

"Il y a 2 types d'orateurs dans le monde : ceux qui ont le trac, et ceux qui mentent" - Mark Twain

Gloire aux timides et aux introvertis !

Prêt.e à commencer à vous transformer pour transformer la société avec des prises de parole engageantes ? Abonnez-vous à notre Newsletter pour recevoir du contenu et des conseils uniques en totale exclusivité mondiale toutes les 2 semaines.

Julien de Sousa, président co-fondateur

Derniers articles