June 17, 2019

Que répondre à la question "parlez-moi de vous" ?

Nous sommes le lundi 17 juin 2019, il est 19h27 et les premiers participants arrivent au goutte à goutte dans les locaux de l'Arche, tiers-lieu qui met l'artisanat au service de l'impact social et environnemental. Ils nous hébergent pour notre atelier. Ça tombe bien, l'artisanat est un savoir-faire particulier, la prise de parole aussi. Le thème de ce soir : "Comment raconter sa propre histoire avec panache ?" Ou, que répondre à la question "Et toi, tu fais quoi dans la vie ?"

Ils sont maintenant 26 : Sabrina, Valentina, Elise, Dai, Florian... Ils sont venus à cet Atelier Engagé Panache car ils veulent être plus à l'aise à l'oral, ils veulent être plus éloquent, plus impactant, plus intéressant, plus marquant. Ils veulent rayonner au moment où ils racontent leur histoire.

Déjà laissez-nous vous dire un truc : vous n'avez pas une histoire à raconter, mais des histoires. Il n'y a pas d'histoires inintéressantes, il n'y a que des orateurs qui n'ont pas les clefs pour rendre leurs histoires intéressantes. Vous avez vécu de nombreuses choses dans votre vie, depuis votre enfance. Vous avez de nombreuses expériences, et pas seulement professionnelles. Donc lorsqu'on vous demande "parlez-moi de vous", vous avez des dizaines d'histoires différentes à raconter. A vous de sélectionner celle qui est la plus pertinente devant votre interlocuteur, votre audience. Posez-vous donc ces 3 petites questions au moment de parler de vous :

  • qui ai-je en face de moi ? (pas sûr que vous parliez de votre job dans la start-up nation à votre grand-mère de la même manière qu'à un type rencontré dans votre coworking space)
  • quel(s) message(s) je veux faire passer ? (pas plus de 3 messages clefs. On ne vous demande pas de réciter votre CV depuis le brevet des collèges)
  • quelle accroche je peux donner pour attirer dès mes premiers mots ? (une anecdote ? une analogie ? un mot en tahitien ?)

Parmi les différents exercices qu'on leur a fait faire, l'un d'eux consistait à se mettre en binôme. Sans préparation, une première personne raconte sa vie à son interlocuteur pendant 2min. L'autre écoute, n'interrompt pas, et note tout ce qu'il entend. Une fois terminé, on écoute ce que l'autre à retenu. Plusieurs prises de conscience se passent alors grâce à ce jeu de miroir :

  • aucune émotion transmise, ultra neutre et analytique > comment rajouter de l"émotion pour faire vivre le discours ?
  • tout est incroyable et important > quels sont les moments clefs par rapport à d'autres ?
  • cette partie de vie a été complètement oubliée dans le discours > pourquoi ? quelle histoire aurait pu servir mon propos ?

Au moment où vous êtes amenés à prendre la parole, dites-vous que vous êtes l'auteur de l'histoire qui est racontée. Vous êtes l'orateur de l'histoire qui est contée. Le personnage de cette histoire c'est vous, mais c'est le "vous" que vous choisissez d'être. Et cela vous permet d'être encore plus vous-même, car vous l'avez choisi.

Tout le monde a des croyances limitantes, c'est-à-dire la confiance qu'on accorde en nos capacités de réalisations personnelles. Par exemple, certains peuvent se dire : "moi je n'ai jamais été bon pour entamer une discussion avec quelqu'un". C'est une vue de notre esprit qui nous fait croire que l’on n’est pas capable de faire certaines choses. Ces fausses croyances sont toxiques car elles brident votre potentiel, et la manière dont vous pouvez vous raconter. Elles ont aussi un effet pervers : plus on y croit fort, plus on essaiera de trouver des preuves pour les justifier. Tout ça est le résultat d'une histoire que vous vous êtes racontée ? Alors, à vous d'imaginer le titre du prochain chapitre, pour vous raconter avec panache.

Prêt.e à commencer à vous transformer pour transformer la société avec des prises de parole engageantes ? Abonnez-vous à notre Newsletter pour recevoir du contenu et des conseils uniques.

Derniers articles