Leadership

Réagir face à des relous

Il nous arrive parfois d'être entourés de gens mal élevés, malveillants ou malpolis : quelqu'un qui coupe souvent la parole, quelqu'un qui monopolise la parole, quelqu'un qui se met toujours dans l'opposition (car il adore faire l'avocat du diable)... Comment réagir et quoi dire pour récupérer la parole et se faire respecter ?

Je me souviens d'un dîner entre amis qui m'avait mis hors de moi en 2018.

On était une douzaine et il y avait 3-4 personnes que je ne connaissais pas. L'occasion de faire des rencontres sympathiques et de clamer un panégyrique* à notre hôte du jour (*discours à la louange d'une personne. Cadeau pour votre vocabulaire).

L'un d'eux était un fervent défenseur de la cause écologique.

Un allié, un ami, un frère me dis-je.

Entre les toasts-tapenade et le risotto, l'écologie est devenu le sujet central du dîner.

Et là, notre protagoniste s'est transformé en dragon.

Il a commencé à brûler les affirmations de chacun, à écraser chaque intervention, à critiquer le comportement de tout le monde.

Il connaissait parfaitement son sujet, c'est indéniable. Mais impossible de partager nos points de vue, il coupait systématiquement la parole pour mettre en avant ses idées.

Pire, pour lui, nous étions tous dans le faux, nous ne faisions pas assez, nous n'étions que de vulgaires aiglons là où la planète avait besoin d'aigles forts et puissants pour créer une tornade de changements.

Ses propos virulents et son comportement abrasif ont commencé à me faire bouillir.

Je suis de nature calme et pacifiste, je déteste les conflits mais quand la moutarde me monte trop au nez, je peux être corrosif comme de l'acide fluorhydrique.

Alors, je lui ai lâché un :
"Tu sais quoi, ferme-la monsieur je sais tout et je fais tout bien ! De une, tu mets que des bad vibes et ça ne donne pas du tout envie de t'écouter. De deux, t'emmerdes tout le monde et ça dessert la cause que tout le monde soutient ici ! Tu veux que les gens soient convaincus et changent, alors commence déjà par changer ta manière de te comporter ! Trou duc !"

Je crois que c'était encore moins poli que ça en vrai, mais l'idée est là :)

Ça l'a calmé et je crois même savoir que dans les années qui ont suivi, il s'est formé à la CNV (Communication Non Violente) et a changé sa manière de prendre la parole sur les sujets qui lui tiennent à cœur.

Entre temps, j'ai monté Panache, je me suis formé à la rhétorique et la dialectique, et si c'était à refaire, je prendrais la parole d'une autre manière pour régler cette situation.

C'est donc le moment où je vous donne quelques conseils pour gérer 3 cas de figure qu'on retrouve souvent chez les relous :

- Quelqu'un qui coupe souvent la parole
- Quelqu'un qui monopolise la parole
- Quelqu'un qui se met toujours dans l'opposition (car il adore faire l'avocat du diable)

Et si jamais vous êtes l'un d'eux, je vous invite à apprendre à écouter et donner envie qu'on vous écoute dans cet article dédié.

Celui qui vous coupe la parole

Partons déjà du principe que les gens ne sont pas tous mauvais et relous. Certaines personnes coupent la parole sans s'en rendre compte car elles se sentent emportées dans un élan d'enthousiasme.

Leur excitation et emballement sont tels qu'elles trépignent d'impatience et prennent / coupent la parole toutes les 30sec.

Néanmoins, qu'il s'agisse d'une personne agitée ou d'une personne mal intentionnée ou malpolie, voici des phrases que vous pouvez dégainer :


- Par l'affirmation :

"Je termine ce que j'ai à dire et je te laisse parler / poursuivre."

> Présentée de manière assurée et appuyée, cela permet de muscler votre assertivité. C'est à dire votre capacité à vous exprimer, défendre vos droits, votre opinion, sans empiéter sur ceux des autres. Et c'est important d'être assertif-ve.


- Par la collaboration :

"J’aimerais beaucoup entendre ton avis là-dessus, est-ce que je peux finir ?”
Ou bien dans le même genre :
“Oui, en effet, c’est très intéressant ce que tu me dis, je termine ce que je disais et je t'écoute après ok ?"

> Dans les 2 cas, vous prenez un temps pour valoriser l'avis de l'autre et montrez que son point de vue est tout aussi important pour vous. Win-win.


- Par la mise en lumière :

“Est-ce que je peux parler ou tu vas continuer à m’interrompre ?”

> A utiliser face à quelqu'un qui vous coupe plusieurs fois / systématiquement la parole. Vous mettez en lumière son comportement et s'il ne le change pas, c'est à vous de prendre une décision : continuer l'échange malgré tout ou en arrêter-là. Car oui, vous avez tout à fait le droit de refuser de poursuivre avec quelqu'un qui ne vous repecte pas.

Bien évidement, plusieurs combinaisons sont possibles en fonction de la situation et de votre interlocuteur. Par exemple, lors de mon dîner, j'aurais pu dire :

"Tu as l'air de t'y connaître plus que nous, c'est cool, ça enrichi le débat. Et vu que c'est un échange que nous avons tous ensemble, je te propose de permettre à chacun d'exprimer son avis et de le développer ok ? Je te ressers du risotto en attendant ?!"

Celui qui monopolise la parole

Encore une fois, partons du principe que les gens ne sont pas tous mauvais et parfois, il peut leur arriver de lâcher un monologue de plusieurs minutes car ils sont passionnés par leur sujet.

"En parlant de Batman, moi j'adore les chauve-souris. Tu savais que la pipistrelle est une petite espèce de chauve-souris européenne, de la famille des Vespertilionidés, caractérisée par l’absence de feuille nasale et la présence de tragus [...]"

Ou alors, ils veulent tellement s'assurer que les autres les comprennent, qu'ils se répètent et expriment leurs idées de 1001 façons différentes. Alors qu'on avait déjà tout pigé au bout de 10 sec. En vrai, c'est bienveillant de leur part.

De fait, plusieurs cas de figures s'offrent à vous :


- Lors d'une réunion planifiée :

Une réunion efficace est une réunion où un ordre du jour (ODJ) a été envoyé et seules les personnes utiles sont invitées.
Chaque thématique à aborder fait l'objet d'un temps dédié et un time-keeper est là pour s'assurer que l'ODJ sera respecté.
En faisant ça, on vient de régler 95% des problèmes des réunions à rallonges non-efficaces.

Ce qui autorise au time-keeper identifié de lâcher ce genre de phrase :
“Ok Aristide, je t'interromps pour respecter le temps de parole de chacun et notre ODJ... qui d'autre ?"


- Lors d'un échange spontané :

Fais un signe puis,
"Écoute Aristide, tu me parles de [résumé en 1 phrase de ce que l'autre a dit], moi ce dont je veux te parler, c'est [votre point de vue / sujet / recette de flan banane]"

> En (re)prenant la parole, il est précieux de résumer ce que l'autre a dit pour lui montrer que vous l'avez écouté, vous l'avez compris, vous le prenez en considération, et maintenant c'est à vous d'exprimer votre opinion.

Une variante pour quelqu'un qui vous parle de quelque chose qui ne vous intéresse pas depuis 5min et vous aimeriez l'orienter sur un autre sujet (petite blague de Zizou sur ce lien) :

"Ah ouais, tu m'apprends un truc là, et ça a l'air de te passionner, c'est enthousiasmant ! Moi, ce qui m'enthousiasme, c'est [le sujet dont vous voulez parler / les choses que vous voulez savoir]"

Dans tous les cas, vous devez à un moment en placer une pour récupérer la parole. Restez attentifs, bienveillants et courtois, car sinon vous risquez de tomber dans la catégorie du "relou qui coupe la parole".

Celui qui est toujours dans l'opposition

Alors là, on arrête de partir du principe que les gens sont bons de nature et ne font pas exprès d'être relous.

Car pour celui-ci, il agit en pleine conscience et bien souvent c'est plus pour exister, être au centre de l'attention et parler. Car il adore ça.

Il lui arrive même de défendre une idée la veille et son opposée le lendemain.

Voir de soutenir l'inverse de ce qu'il pense car il veut jouer à l'avocat du diable pour pimenter les échanges.

Alors voici une phrase que vous pouvez dégainer pour le calmer :
"Ok merci Aristide, mais au fond : qu'est-ce que tu penses vraiment ? C'est quoi ton point de vue ? Et si tu n'en as pas, c'est ok hein."

> Soit, il exprime son vrai point de vue qui est opposé au vôtre et vous entrez dans un débat d'idées. C'est toujours riche d'apprentissages.

> Soit, il exprime le même point de vue que vous. Fin.

> Soit, il n'a pas de point de vue et vous exprimez le vôtre ou passez à autre chose.

Si vous remarquez que cette personne reproduit tout le temps le même comportement, vous pouvez tout aussi bien lui demander :

"Pourquoi tu te mets systématiquement en opposition ? Quand tu fais ça, je me sens [insérez ici les émotions que vous avez] et je préférerai [insérez ici votre demande]. T'es ok ?"

Laissez-le répondre pour comprendre les motivations qui le poussent à agir comme ça.

Et donc ?

Entendons-nous bien, tous les conseils partagés n'ont de valeur que dans des cadres plutôt formels avec des gens qu'on ne connait pas ou peu.

Car lorsque vous parlez entre amis un samedi soir autour d'un pastis, tout le monde se coupe la parole, tout le monde part dans des monologues légendaires et tout le monde aime bien débattre sur la couleur de peinture à mettre dans le salon du nouvel appart' de Mathou alors qu'au fond tout le monde s'en fout...

Tant que les liens humains restent forts et que la bienveillance est là, alors laissons les choses se faire d'elles-mêmes.

Et si vraiment quelque chose vous titille, vous dérange dans le comportement de l'autre : prenez un temps juste tous les 2 autour d'une verveine et parlez-en calmement.

Au fond, on reste tout de même de belles personnes.
Même mon fervent défenseur de la cause écologique.

Abonnez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir 1 article complet / mois.

Julien de Sousa et toute l'équipe de Panache.

L'article vous a plu ? Partagez-le !

Téléchargez un template de discours efficace

Votre template arrive tout sourire dans 15mn. Vérifiez vos spams
Une erreur est survenue. Merci d'essayer à nouveau.

Vous prendrez bien un peu d'panache ?

Formulaire et/ou un appel de 15 min à organiser